Tous les professionnels de santé doivent agir pour que les fumeurs arrêtent leur tabagisme le plus tôt possible

Le Conseil minimal

Il consiste à demander systématiquement à chaque patient s'il est fumeur et s'il a envisagé la possibilité de s'arrêter de fumer.
Le conseil minimal  s'adresse à tous les patients: fumeurs qui ne sont pas venus consulter pour cela, fumeurs heureux de l'être, fumeurs pas encore prêts pour l'arrêt, fumeurs qui ne demandent pas d'aide.  Il devrait être donné par tous les médecins quels que soient leur statut professionnel, leur spécialité et leurs conditions d'exercice.
Le conseil minimal est efficace. Les résultats des études randomisées et contrôlées en médecine générale montrent 2 % à 5 % d'arrêts soutenus.  Quoique bas, ces taux sont significativement meilleurs que l'inaction dans l'attente d'une demande spécifique du patient.  Une évaluation a montré que poser deux questions, « est-ce que vous fumez?» puis «voulez-vous arrêter de fumer ? », et offrir une brochure à ceux qui répondraient « oui » à la deuxième question doublait le taux de succès de l'arrêt à long terme par rapport à l'arrêt spontané dans le groupe témoin… Si ces questions sont posées systématiquement par les médecins, un gain de 2 % d'arrêt dans la population des fumeurs vus par un médecin se traduit par un supplément d'au moins 200 000 fumeurs qui arrêteraient chaque année, dans l'ensemble de la France.

Traitements médicamenteux
On dispose de substituts nicotiniques, pour l'aide à l'arrêt du tabac pendant le sevrage, qui ont fait la preuve de leur efficacité.  Il est souhaitable que
l'utilisation de ces médicaments s'intègre dans le cadre d'une prise en charge globale comportant un soutien psychologique et un accompagnement du fumeur dans son cheminement vers l'arrêt du tabac...
Modalités d'administration. P 1 u s i e u rs sont possibles.  Elles permettent de tenir compte des particularités de chaque fumeur.  Si la dépendance est importante, la gomme à 2 mg ne permet pas d'apporter les doses de nicotine suffisantes.  Il faut alors recourir soit à la gomme 4 mg soit au timbre.  Avec les timbres, des apports peuvent
être plus importants, plus réguliers et modulés en fonction des besoins. ... Les risques cardio-vasculaires attachés à l'utilisation de substituts nicotiniques semblent faibles, tout particulièrement en comparaison avec les bénéfices attendus d'un sevrage...

Pour en savoir plus, visitez le site de l'Anaes.

Pour nous contacter :

Téléphone : 01 64 93 95 25 répondeur
Télécopie : 01 64 93 95 25
Messagerie : tabacologie.@libertysurf.fr